Retrouvez nous sur
Retrouvez-nous sur FaceBook Instagram
HORAIRES D’OUVERTURE
Votre magasin dans le Vieux Lyon
Au 37 rue Saint Jean
Angle rue Bombarde
Du mercredi au dimanche
8h30 - 19h30 Non-stop
Fermé exceptionnellement du 2 au 4 novembre inclus
Panier

Votre panier est vide
Visiter la boutique

BOUTIQUE DU VIEUX LYON
Coordonnées
37 rue St Jean (Vieux Lyon)
69005 LYON
Tél: 04 78 37 89 85
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
- Sélection de Pâtisseries, chocolats et Confiseries Lyonnaises – A la Marquise – Pour le Meilleur de Lyon -
extratits-videos-des-racines-des-ailes-lyon

Maison du Chamarier

La Maison du Chamarier
 
A gauche de la Porte Froc est la maison (37 rue Saint Jean) du Chamarier,
dignitaire chargé de la garde et des clefs du cloître.
 
Bâtie en 1516 par le doyen Antoine d’Estaing,
qui a fait sculpter les armes sur la façade et la clefs de voûte du premier étage, c’est l’une de nos plus charmantes construction de la Renaissance.
 
images_7
Passez un moment dans la cour, imprégnez-vous de cette beauté.Imaginez-vous au 17e siècle, quand Madame de Sévigné venait là.
images_17
La Marquise de Sévigné (1626-1696) séjourne dans la Maison du Chamarier en 1672 et 1673
Le Chamarier de l’époque, beau-frère de son gendre le Comte de Grignan, l’accueille pour une halte lorsqu’elle se rend au château de Grignan pour voir sa fille

Un peu d’Histoire…

À la Marquise Lyon – Maison du Chamarier

Les sondages réalisés par les archéologues attestent une pérennité de l’occupation des lieux depuis le IVe siècle. Dès la fin de l’époque antique, le quartier Saint-Jean devient le pôle d’intense activité religieuse.

A partir de la Fin du VIIIe siècle il se transforme en Chapitre en adoptant une règle. Ce chapitre va progressivement s’émanciper et se dissocier matériellement de l’Archevêché. Les Chanoines de la Cathédrale Saint-Jean (en général au nombre de trente-deux), devaient tous prouver qu’ils étaient d’ascendance noble depuis quatre générations.

Ils ont vécu pendant six siècles de 1190 à 1790 à l’intérieur de l’enceinte canoniale construite au XIIe siècle. A l’intérieur de ce quadrilatère d’environ trois hectares, ils étaient entourés de trois cents collaborateurs.

Dès le XIIIe siècle, le Chapitre exerce une autorité sur un patrimoine foncier indépendant de l’Archevêché.

Dans l’enceinte canoniale, il exerce la justice, il détermine les normes de la vie canoniale. Il exerce également sa puissance à l’extérieur par l’intermédiaire des Chanoines qui sont à la tête d’une seigneurie foncière. Le Chapitre perçoit également des redevances de type féodal sur les territoires proches de l’enceinte.

Des maisons spécifiques étaient attribuées aux principaux dignitaires : Le Doyen, Chef du Chapitre;l’Archidiacre, son suppléant ; le Précenteur, maître des traditions, le Chantre, son suppléant ; et le Chamarier, maître de la police et de la voirie, qui détenait les clés des portes et dirigeait les «coponiersé, surveillants chargés de la justice.

A ce titre, il est logique que sa maison soit située près de l’une des plus importantes portes, la Porte-Froc.

Plan_du_Vieux_Lyon

Construite sur d’anciennes fondations, la chamarerie (chambre des finances et des affaires intérieures), restera exclusivement réservée à cette dignité. Encadrée par le groupe épiscopal à l’Est et par la rue Saint Jean à l’Ouest, cette maison est l’une des rares maisons canoniales, pour ne pas dire la seule, encore conservée en élévation et peu perturbée par les aménagements postérieurs à la vente des Biens Nationaux.

Le mur Nord de la maison, le long de la rue de la Bombarde a une épaisseur de 1,20m au rez de chaussée. Cette épaisseur, incongrue pour une habitation, correspond bien à celle du mur d’enceinte qui serait donc conservé dans la maison jusqu’au premier étage.

Mais c’est le Chanoine-Comte François d’Estaing, Chamarier de 1496 à 1529, qui donnera à cette maison l’essentiel de son aspect. Il entreprend probablement la construction des trois corps de logis, qui constituent un ensemble cohérent, et semblent dater de la même époque. Les éléments de décor appartiennent à la fois au style gothique flamboyant et à la Renaissance.

Ses successeurs vont à leur tour apposer leurs marques. C’est sans doute l’un d’entre eux qui a commandé à Philibert Delorme, autour de 1530-1540, le très beau puits et la fontaine qui, après avoir été entreposés au Musée Gadagne, ont retrouvé leur place dans la cour intérieure de la Maison du Chamarier.

Un autre à ouvert une porte dans la muraille en 1564 : un troisième a construit en 1644 un cabinet (dont il ne reste aucune trace) sur la rue Sainte-Croix.

Au XVIIe siècle d’importants travaux sont effectués avec notamment la création d’ouvertures sur la rue de la Bombarde et peut-être le percement de la fenêtre sur la façade du bâtiment sur rue, à mi-étage entre le rez de chaussée et le premier étage.

C’est également fin XVIIe, début XVIIIe siècle que la cuisine est transférée du rez-de-chaussée du bâtiment central au premier étage du bâtiment arrière. L’ancienne cuisine devenant le bûcher, accentuant la fonction de stockage des rez-de-chaussée des trois corps de logis.

Au XVIIIe siècle, des procès verbaux (1773 et 1779) dénombrent une trentaine de pièces et précisent la destination de dix-sept d’entre elles. Le rez-de-chaussée regroupe les «communs», avec la cuisine, le stockage (fenil, bûcher, caves …) et les écuries. L’arrière et le bâtiment en retour pouvant être attribués au logement.

Monsieur Didier Repellin Architecte en Chef des Monuments Historiques présente La Maison du Chamarier

La Maison est transformée en logements populaires par la Révolution Française. Le quartier canonial est démantelé et la maison est divisée par de multiples cloisonnements. Les ouvertures sur la rue Saint Jean datent certainement du XIXe siècle et l’on trouve trace de pâtissiers au 37 rue Saint Jean dès 1891 avec la pâtisserie Laverrière

images_20

Classée parmi les Monuments Historiques en 1943, la maison a été libérée de ses occupants en 1987, à

l’exception du pâtissier.